Le choix de la date de récolte est une étape cruciale. Elle va influencer le niveau de rendement atteint, la qualité du fourrage et conditionner une conservation optimale de celui-ci. La conservation du maïs fourrage étant étroitement liée à la matière sèche de celui-ci, le choix de la date de récolte doit tenir compte de la teneur en matière sèche atteinte au moment de la décision ainsi que de l’évolution de celle-ci en fonctions des conditions pédoclimatiques. La réservation de l'ensileuse ne peut donc se faire plus de 2 semaines avant la récolte. Le réseau d'avertissements "date de récolte" permet de suivre l'évolution des teneurs en matière sèche du maïs fourrage.

Récolter à un stade de maturité optimum (32-35 % de matière sèche)

Il est indispensable de choisir des variétés de précocité telle qu’elles puissent être récoltées à un stade de maturité proche de l’optimum (32 à 35 % de matière sèche). En dessous de 32 % teneur, on constate souvent des pertes au silos par écoulement des jus.


Avec des variétés très précoces à demi-précoces, atteindre une teneur optimale de 32 à 35 % de matière sèche à la récolte pose généralement peu de problèmes. Cette teneur limite les risques de fusarioses des tigeset des épis, permet un bon tassement du silo, favorise une bonne conservation du silo ainsi qu’une bonne ingestion du fourrage. Au delà de 35 % de M.S, la pourriture du bas des tiges peut apparaître et provoquer, sur les variétés sensibles, une augmentation rapide de la matière sèche ce qui impose de récolter sans tarder pour éviter les problèmes cités ci-dessus. De plus, la fusariose des tiges rend les plantes touchées plus sensibles à la verse et pafois à la perte d’épi à la récolte.

 

Lorsque la teneur en matière sèche dépasse les 37-38 % de M.S, divers problèmes peuvent survenir tels que des difficultés de tassement suffisant, des difficultés de conservation (échauffement du front s’attaque, apparition de moisissures), une diminution de l’appétence ainsi que des difficultés de digestion de grains trop secs et de rations trop riches en amidons. Si l’on sème plusieurs variétés sur la même parcelle, il faut veiller à ce qu’elle soient de précocité fort proche. Mélanger une variété à 40 % de matière sèche avec deux à 34 % ne donne pas une garantie de conservation.


Avec des variétés demi-tardives à tardives, il convient d’être prudent quant au choix de la date de semis, de récolte et du choix de la parcelle (préférer des parcelles bien exposées). Vu le gabarit de certaines variétés, il est parfois nécessaire de semer à une densité de 90.000 à 95.000 grains. L’influence d’un semis moins dense sur la maturité à la récolte sera assez limitée ( + 0.5 pt m.s) malgré une proportion d’épi un peu plus élevée.

Dernière mise à jour @ 19/02/2017