Les produits racinaires agissent principalement sur les graines en germination par absorption par le coléoptile (gaine protectrice des cotylédons) ou les racines séminales. Ils doivent être appliqués avant la levée des adventices, bien répartis sur le sol en l’absence de grosses mottes et de semences de maïs en surface. L’efficacité d’un herbicide de préémergence est dépendante de trois paramètres : la présence d’eau dans le sol, la teneur en argile et en matière organique.

 

L’humidité du sol est le facteur essentiel. En effet, seule la partie qui est dissoute dans la solution du sol sera efficace vis-à-vis des adventices. On notera toutefois des différences de solubilité dans l’eau entre substances actives. A titre d’exemple, l’efficacité du diméthénamid P (1499 mg/l à 20°c) très soluble dans l’eau sera moins affectée en conditions plus  sèche que la pendiméthaline qui est nettement moins soluble (0,33 mg/l à 20°c). Les teneurs en argile et en matière organique influencent également le contrôle des adventices. Des taux élevés bloquent les substances actives qui ne seront plus disponibles pour assurer la destruction des mauvaises herbes.

 

La réussite d’un traitement de préémergence est fortement tributaire de la qualité de préparation de sol et des conditions d’humidité au moment de l’application. Après des printemps 2017 et 2018 particulièrement secs, celui de 2019 a été plus favorable aux traitements avant levées.

 

En présence de terbuthylazine, lorsque ces conditions favorables sont réunies, il est possible de composer des associations permettant d’éliminer l’ensemble des annuelles classiques. Par contre, les vivaces (liserons, rumex, chardons, chiendents, …) imposent une intervention en postémergence.

 

Certaines substances actives (flufénacet, isoxaflutole, pendiméthaline) utilisées en préémergence ont une sélectivité de position. Elles ne peuvent entrer en contact avec la graine de maïs en germination (profondeur de semis 3 à 5 cm nécessaire).

 

L’application sur un sol sec avant une pluie abondante n’est donc pas sans risque surtout s’il s’agit d’un sol léger.

 

La présence sur le marché de l’Aspect T avec un partenaire, permet une destruction complète de toutes les adventices annuelles en un seul passage.

 

Les traitements conseillés sont les suivants (Tableau 1) :

 

 

Suivant le négociant, l’Aspect T peut être obtenu sous le nom de Promess ou Andes. Il s’agit de produits identiques (même composition, même doses) à l’Aspect T mais portant un nom différent.

 

Si antérieurement, la préémergence, sans terbuthylazine, s’avérait difficile à réussir complétement, l’arrivée sur le marché de l’Adengo TCMAX l’a fait évoluer positivement. En effet, les associations Adengo 0,25 l + Camix 1,25 l ou Adengo 0,25 l + Stomp Aqua (Most Micro) 1,5 l présentent toutes deux un spectre quasi complet, la renouée liseron étant la seule faiblesse de ces combinaisons. Attention toutefois à bien nettoyer le pulvérisateur si ces traitements maïs s’intercalent entre des pulvérisations de parcelles de betteraves !     

La réussite est toutefois liée à une bonne préparation du sol (terre suffisamment émiettée) et à une humidité suffisante au moment du traitement. Les traitements conseillés sont décrits ci-dessous (Tableau 2). En fonction de la combinaison choisie, différentes adventices peuvent échapper.

 

  

 

 

 

 

 

Dernière mise à jour @ 30/04/2020