Le maïs est une culture sarclée à risque érosif relativement élevé.  Les caractéristiques culturales du maïs telles que le semis tardif (sensibilité au froid) et l’écartement important entre les rangs impliquent un faible taux de recouvrement du sol en début de saison.  Or, la période précédant la fermeture des lignes de maïs (fin avril au 10 juillet) correspond en général à une époque de l’année où de nombreux orages peuvent se produire.  Au début de cette période, les champs de maïs sont fraîchement affinés et très peu protégés par le couvert végétal.  Ces deux caractéristiques rendent les terres de maïs très sensibles au risque de ruissellement et d’érosion hydrique.

 

Afin de proposer des solutions permettant de limiter l’érosion dans les terres de maïs, le CIPF et les établissements LSM ont réalisé et testé un outil innovant.  Cet outil se compose d’une rotative, d’un rouleau antiérosif et d’un semoir à disques.  L’utilisation de ce combiné de semis induit la création de monticules et de creux dans l’interligne.  La répétition des motifs permet de ralentir le ruissellement de l’eau ce qui limite l’énergie cinétique nécessaire à l’arrachement des particules de sols (= l’érosion).  Les cavités créées stockent l’eau momentanément favorisant ainsi son infiltration. Un ruissellement réduit induit également un entrainement moindre des résidus phytosanitaires vers le réseau hydrographique.

 

 

 

 

 

Dernière mise à jour @ 12/12/2017